Notre offre de formation sur la classification des emplois dans le cadre de la convention collective de la métallurgie

Comment agir ?

Après sept années de négociations, la Métallurgie vient d’adopter une nouvelle convention collective nationale (CCN) qui va concerner 1,6 million de salariés et qui va conduire à une remise à plat de la classification des emplois dans un système unique totalement refondé. Il s’agira de refonder entièrement les classifications, d’évaluer et de classer tous les emplois dans un système d’évaluation partagé par les 42 000 entreprises du secteur. Les filières actuelles disparaîtront pour ne laisser place qu’aux cadres et non-cadres.

D’ici le 1er janvier 2024, chaque entreprise du secteur va devoir cartographier ses emplois et les « coter » grâce à une grille basée sur six critères. Chaque critère compte dix degrés d’exigence. Les critères sont indépendants les uns des autres et ont tous le même poids. A partir de 37 points, l’emploi correspond à un statut cadre. Ce système fournira une base de référence pour les salaires minimaux hiérarchiques conventionnels.

La cotation des emplois est de la responsabilité des entreprises. Mais, pour vous, représentants des salariés au CSE, il sera indispensable de vous assurer que ce travail, depuis la cartographie des emplois, leur descriptif dans des fiches emplois jusqu’au final, la cotation, est au plus près de la réalité de l’entreprise. Votre CSE pourra s’appuyer sur votre expert dans le cadre des informations-consultations à venir liées à la mise en place d’une nouvelle classification dans leur entreprise. Les organisations syndicales peuvent également négocier un accord de méthode sur le déploiement de la classification.