Réconcilier l'économique et le social

Edito

En 2012, la part du diesel dans les motorisations des véhicules neufs en France était de 72%. A fin mars 2019, elle est tombée à 34% . La baisse du diesel est une réalité que les acteurs de la filière intègrent peu à peu. Avec, cependant, des effets inattendus, encore constatés tout récemment : pour la première fois depuis près de 20 ans, les émissions de CO2 issues des véhicules neufs vendus en 2017 ont été supérieures à celles des véhicules l’année précédente…, tout l’inverse de ce que recherchaient les autorités européennes !

Face aux interrogations des acteurs du marché de l’automobile, nous nous sommes attachés à analyser les impacts de la dé-diésélisation sur la filière industrielle amont, tant en termes d’emplois, quantitativement et qualitativement, qu’en termes de technologies et d’investissements. Notre démarche, dans un contexte mouvant et peu prévisible, consiste à mettre à disposition des acteurs des outils pour anticiper. Aujourd’hui, il est difficile de prédire ce que seront les voitures de demain. En revanche, ce que nous, experts, nous pouvons apporter, ce sont des outils pour se préparer à ces transformations, quelles que soient leurs trajectoires, identifier les tendances, disposer des premières clés de vigilance. C’est tout l’objet de notre numéro Spécial Eté.

Bonne lecture et bonnes vacances !

Partager cet article sur :

Dans ce numéro :  Télécharger le PDF


EDITO

ECLAIRAGE : Dé-diésélisation ou la nécessité de miser sur des femmes et des hommes, des métiers et des compétences hors normes

TROIS QUESTIONS A... Charles Goedraad, Consultant Secafi 

L'ACTU JURIDIQUE AVEC ATLANTES AVOCATS

BON A SAVOIR

VU POUR VOUS

LES RENCONTRES SECAFI