Retrouvez la chronique d’Emmanuel Gastineau, publiée sur actuEL-RH, quotidien RH des Editions Législatives

La nécessité d’engager la lutte pour la transition énergétique et environnementale s’est imposée largement dans les débats.

Limites et impasses des labels environnementaux et de la finance verte… Vers une nouvelle gouvernance basée sur le dialogue social

Avons-nous choisi les bonnes méthodes ?

Avant de rentrer dans l’analyse des méthodes actuellement proposées, il nous faut rappeler une condition indispensable à la réussite de toute transition : son acceptabilité sociale. L’efficacité ne sera au rendez-vous que dans le cadre d’une plus grande justice sociale. Elle seule permettra la soutenabilité des efforts à réaliser.

Pour engager cette transition, un fort courant d’inspiration libérale a poussé à l’établissement d’un cadre incitatif. Il repose sur deux outils principaux : d’une part, les labels et autres certifications ; d’autre part, les instruments financiers de la finance verte et des marchés de compensation.

Ce cadre incitatif est-il pertinent pour garantir justice sociale et efficacité ? De nombreuses raisons nous amènent à en douter.

Pour lire l’intégralité de la chronique, RDV sur le site d’actuEL-RH qui la publie en accès libre. Tous nos remerciements à la rédaction.

Cliquez