Posté le Mardi 20 janvier 2015 |

Le Lean dans le secteur de la santé: un mouvement vers l’industrialisation des pratiques, avec quelles conséquences?

Le Lean - et ses nombreuses formes dérivées - tisse sa toile inexorablement dans le monde du travail et aucune entreprise n’est épargnée : secteur privé et secteur public, entreprises manufacturières ou de services, fonction publique…
Un projet Lean mis en place de façon « constructive » peut-il être « bon » pour une entreprise et ses hommes ? Ainsi qu’en est-il de l’hôpital, nouveau terrain de développement du Lean ?

Le cadre de plus en plus contraignant de restriction budgétaire, de sécurité, de qualité des soins, dans un contexte de remplacement partiel des départs à la retraite, a mis l’hôpital dans une situation de fonctionnement très délicate. Or, les activités dans le cadre des hôpitaux sont considérées comme des champs tout à fait accessibles pour les méthodologies Lean. Mais, l’industrialisation a-t-elle du sens à l’hôpital ?

Les projets de Lean visent des réorganisations. Plusieurs évolutions sont souvent sous –tendues par les projets Lean : mutualisation des ressources non médicales, pour s’adapter à l’activité ; changement d’horaire ou modification du temps de travail des agents ; standardisation du travail et diminution de la latitude décisionnelle.

Les agents hospitaliers perçoivent ces démarches Lean comme essentiellement orientées vers une recherche d’économies financières, et non comme une amélioration des situations de travail. Ils soulignent la dérive qui, depuis plusieurs années, tente de réduire leur travail à un ensemble de processus techniques, et donc de nier dans le même temps les attentes des patients.

Les projets Lean que nous avons vu mis en place à l’hôpital n’ont que peu à voir avec la philosophie originelle du Lean… Ces exemples - hélas trop nombreux - soulignent un effet de mode qui, en précipitant le mouvement des entreprises vers le Lean, peut conduire à un niveau de préparation insuffisant ; un détournement de la méthodologie Lean vers des objectifs à court-terme ; une méconnaissance et une « incompréhension » du Lean dans sa dimension stratégique et humaine. Ainsi, en est-il notamment de la faiblesse chronique du système de formation et d’intégration des futurs dirigeants et cadres d’entreprise, mal « outillés » pour appréhender la dimension humaine dans le management et les effets de leurs décisions sur les hommes.

Ce détournement de la méthodologie Lean pose la question de fond d’une évolution du mode de management des entreprises vers une recherche de résultat financier uniquement court-termiste. Et celui de la responsabilité sociale - ou sociétale - des entreprises dans l’accompagnement au changement.

Or, un projet Lean, en particulier si le mode de déploiement est inadapté, peut altérer les conditions de travail et la santé des salariés concernés, à travers la remise en cause des savoir-faire ; l'importance du changement; la perturbation du mode de management ; le développement d'une polyvalence contrainte et insuffisamment préparée et accompagnée ; l'exigence excessive de rationalisation ; le déplacement des régulations organisationnelles et collectives existantes; une modification du système d'évaluation.

 

Maunier Laurent
Chargé de mission- santé au travail
laurent.maunier@secafi.com
05 62 72 45 38

 

 

 


1 commentaire
  • Mumu26
    , Lundi 15 juin 2015 01:49
    Monsieur Maunier,

    Votre questionnement est tout à fait pertinent. Au Québec, le Lean a déjà déployé ses pompes et ses oeuvres dans les établissements de santé.

    Certaines firmes privées ont introduit le Lean sans tenir compte du personnel et encore moins des patients. Une étude réalisée par la FIQ en 2013 a permis de constater les ravages sur le travail lui-même et sur l'environnement du travail. La détresse psychologique, le désir de quitter son emploi et l'impact sur le climat de travail ne sont que quelques conséquences observées. Toutes les participantes à l'étude ont eu le sentiment profond de déshumanisation des soins au profit de recherche de diminution des coût de santé.

    L'être humain n'est pas un objet et le Lean le traite comme tel.

    C'est malheureux d'en arriver là..... le gouvernement pourrait investir autrement, mais...

    Salutations,

    Murielle
Laissez votre commentaire