Réconcilier l'économique et le social

Accueil / Publications /  Votre actualité / Pour en finir avec la créosote

Pour en finir avec la créosote

 

Comme l’amiante, la Créosote finira par être totalement interdite dans l’Union européenne. La dangerosité du produit pour l’homme  et l’environnement est connue. Pourtant, comme cela fut le cas pour l’amiante dans les années 1990, quelques industriels s’activent aujourd’hui en coulisses pour en prolonger l’utilisation.

En effet, la Créosote, obtenue par distillation de la houille, est un cocktail de substances dangereuses, en particulier d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). C’est un biocide efficace et plutôt bon marché, mais c’est aussi une substance cancérogène, persistante, bioaccumulable et toxique. Elle est classée depuis 2008 par l’union européenne comme produit pouvant provoquer le cancer (Cancérogène 1B).

Les entreprises des secteurs du transport ferroviaire et de la distribution de l’électricité ont pourtant obtenu, fin 2017, un nouveau prolongement de 2 ans de l’autorisation d’utilisation de la Créosote pour traiter le bois des poteaux électriques et des traverses de chemin de fer.
L’argumentation qu’ils développent pointe le coût de la substitution et un risque qu’ils considèrent « maîtrisé ».

Pour les promoteurs immobiliers, au début des années 90, poser des dalles de sol amiantées apparaissaient comme une solution économique et robuste, avec un risque sanitaire soi-disant négligeable... 35 ans après on constate encore des expositions non maîtrisées et des surcoûts énormes pour assurer la prévention du risque amiante lors de chaque chantier. Le récent arrêt de la Cour de cassation du 5 avril 2019, en opérant un revirement de jurisprudence en élargissant la reconnaissance du préjudice d’anxiété à l’ensemble des salariés exposés à l’amiante, même quand ils n’ont pas travaillé dans un établissement classé amiante, montre l’importance et l’impact de ce dossier !

Il existe d’autres procédés de traitement du bois, moins dangereux. La créosote permet peut-être au bois de résister plus longtemps, mais qui va supporter, dans les 40 années à venir, les conséquences du risque cancérogène lors des interventions de maintenance des réseaux ?

Pour plus d'informations, consultez notre billet de blog ou téléchargez  le document PDF.

Pour aller plus loin

Plan Diesel PRISM.D by Secafi

En savoir plus

Votre entreprise demain

En savoir plus